25 mai 2015

6 - Premiers troubles...

bnju

Et alors que nous nagions dans une rivière de dopamine… et que nos semaines sont faites de retrouvailles amoureuses ou d’une pluie de texto et coup de fil…

Les fêtes de fin d’années approchent… Il se rend dans sa famille, et moi je reste avec la mienne.

 

[Naturel après juste trois mois de relation…Malgré tout, il me demande si je veux venir avec lui… je lui réponds que « non, je reste avec ma famille »… « Normal » me répond-t-il… Et je trouve cela courtois !!! Or, avec du recul… est-ce normal de me tenter en proposant un truc irréalisable ? …. Puis, passer pour un mec poli et courtois en commentant que c’est normal que je veuille rester avec ma famille]

 

[Le début des retournements…]

 

Au cours de notre nage dans cette rivière de dopamine, il me confie, qu’il y longtemps, un Chaman lui avait prédit qu’il serait très heureux vers ses cinquante ans… et, me regardant droit dans les yeux, me dit : je suis heureux de t’avoir trouvé…

La veille de son départ pour Paris, nous nous appelons, comme tous les soirs… Puis il me rappelle au moment de se coucher « juste pour entendre le son de ma voix…

Il m’appelle le lendemain en partant de chez lui et en arrivant chez ses parents… puis en fin d’après-midi alors qu’il s’apprête rejoindre des amis…

Et Puis…. : Plus rien jusqu’au lendemain midi… Moi-même étant sortie, j’ai une pensée pour lui au cours de la soirée, et, dans notre contexte de « je t’aime, tu me manques, je t’envoie un baiser »… je lui avais envoyé un sms vers minuit…

 

Son changement d'attitude brutal, a semé un doute dans mon esprit… Et ce n’est pas ses explications complètement farfelus : « je n’aime pas l’outil qu’est le téléphone… je ne l’utilise que pour le minimum… ». C’est tellement contradictoire par rapport au comportement qu’il adopte depuis trois mois, que ça en est irréel, et que je n’arrive même pas à en prendre cas…

 

 

[Là, il posait le 1er pavé de « déstabilisation psychologique »…]

 

A son retour, nous nous retrouvons amoureusement… Les mots d’amour, la tendresse, les démonstrations et les déclarations enflammées redeviennent notre quotidien… Le contexte parfait pour installer sa « liberté »…

Après trois-quatre jours de bonheur retrouvé, il reçoit une amie…Et là, de nouveau, je sens que quelque chose cloche, mais je n’arrive pas à le nommer…

Je sais que c’est juste une amie, mais l’ambiguïté de la situation et surtout son refus catégorique d’adopter un comportement plus « limpide » me donne une impression bizarre… Il, remplace le coup de fil par un sms, sort sur sa terrasse lorsque je l’appelle…

Bref, ne sait pas gérer l’ambigüité de la situation : recevoir une amie à diner, en omettant de dire à la femme "qu'il aime, qui est son âme, son cœur, son amour" que l'invitée reste à dormir... et de s'offusquer par la suite de mes interrogations... !

Ce qui me trouble déjà à l’époque, c’est que, de toute évidence, il préfère le confort de ne pas aborder le sujet, quitte à semer le doute, quitte à faire souffrir…

 

Et ça… ça me pose vraiment question…

Pour la 1ere fois dans notre relation, je me dis « admettons »… (Ce sera le début d’une looooongue liste « d’admettons »)

 

Nous passons la St Sylvestre chez des amis à lui…

 

[Au cours de cette soirée, ses potes lui disent « ha, non, tu ne vas pas encore nous perdre dans des discussions qui partent dans tous les sens… ou veux-tu en venir exactement ? »… un  détail, mais qui viendra allonger un longue liste de détails…]

 

Le lendemain du réveillon, sur la route du retour, il m’enveloppe totalement de tendresse, mots d’amour, déclarations de contes fées… ses « je t’aime » sont prononcés sur un ton solennel et les yeux embués de larmes…

Je suis étourdie d’être autant aimée… et je me laisse flotter sur cette rivière de dopamine jusqu’à la St Valentin…

 

 

 

 

Posté par maripolle à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :