CaliméroL'intéret d'un PNMoyenne

 

 

Est-ce que de multiplier à outrance les loisirs, les plaisirs, les « découvertes » fait de nous un « aventurier » ?

 

Ne serais-ce pas plutôt une « fuite en avant »…

 

Lorsqu’une relation entre deux personnes, qu’elle soit amoureuse ou amicale est faite de ciné, resto, apéro, loisirs en tout genre… on peut se poser la question de savoir si on ne comble pas un certain vide…

 

Se réserver des moments, des périodes, calmes, sereines, sans le brouhaha incessant des potes qui passent, des bouffes qui sortent du l’ordinaire… pour tout simplement explorer l’autre, celui ou celle avec qui nous sommes en « relation »… est un défi que peu de gens relèvent…  la peur en est à l’origine…

 12036703_1190679314277763_8293494091497423633_n

Pour beaucoup, il est préférable (et surtout beaucoup plus « admirable ») d’accomplir des choses spectaculaire plutôt que d’oser aller explorer ceux ou celles dont ils se disent « amoureux(se) » et encore moins eux-mêmes…

 

Certains vont loin, très loin pour ne pas se retrouver en face d’eux même… plus ils multiplient les voyages, plus ils se protègent de l’inconnu qui les habite et de ceux avec qui ils partagent une relation…

Dans une relation amoureuse ou l’un des deux partenaires a « peur », en général, il ou elle prend toute la place… Les décisions ne sont pas prises à deux, mais imposées à la façon « grand seigneur » sur un plateau, tel un cadeau (mais c’est pour te faire plaisir…) du coup, l’autre partenaire n’a aucune marge de manœuvre vu qu’il ou elle est incapable de nommer se qui est en train de se jouer…

 

Les moments d’échanges sont rares et pauvres, l’empathie est  absente, la vie est faite d’une multiplication de loisirs en tout genre…

Très souvent un « hobby » en particulier est mit en avant, tel une « passion »… car être « passionné » fait briller la carapace dans laquelle il ou elle s’enferme…

 

Les excès dirigent leurs vies, car le vide les terrifie… Ils se clament indépendant mais ont un besoin vital d’être entourés… entourés de connaissances et de potes, car incapables de « donner » à l’autre l’attention ou l’empathie que nécessitent toutes relations, qu’elle soit amoureuse ou amicale…

 

C’est pathétiquement triste…  Et cela me fait pitié…

 

Depuis que je me suis « libérée »… j’ai eu d’innombrable discussions, échanges… et je me suis rendu compte qu’en 20 mois, je n’avais jamais eu de véritables échanges… ne serais-ce qu’après un film, une expo…