P1040501

 

Avec du recul, je me rends compte que la période du réveillon jusqu’à la St Valentin n’a pas été exempt de « fausses notes »…

 

Les deux fausses notes qui ont troublées cet « entre deux » sont petites, certes… mais présentes quand même…

 

La première :

 

Mon père m’informe qu’il me convit à un apéro dinatoire. Moi et, deux personnes avec qui, mon père et moi avons lié connaissance deux mois plus tôt…

 

Mon père nous a invités… le Prince-Pas-Charmant et moi… mais, môssieur décline l’invitation… je ne sais plus pourquoi exactement… travail ou garde de son fils…

 

Ses enfants ont souvent été un handicap à venir chez moi, ou faire quelque chose… pourquoi un handicap ? Je ne sais pas… je ne vois pas en quoi on ne peut accepter un apéro à cause d’un enfant…

 

 

 

[Et encore un « admettons » pour le mec hyper convivial, sociable et courtois ! Qui me reprochera par la suite de ne pas lui avoir présenté beaucoup de personne de mon entourage...]

 

 

 

La deuxième :

 

Je lui présente des amis au cours d’un diner que j’organise… il refait la même que le jour où je l’ai présenté à ma famille : monopolisant la parole sur des sujets trop pointus pour que tous participent à la conversation…

 

 

 

Bon, on va pas lui reprocher d’être « cultivé »…

 

 

 

[Et un autre « admettons » pour la 3, un !]

 

 

 

La voici, la voilà… elle arrive à grand pas : la St Valentin !!!

 

J’ai réservé un resto près de chez moi… je suis sexy à croquer et heureuse de le retrouver dans quelques heures pour, l’enlacer, lui offrir le cadeau cherché pendant des jours… l’embrasser…

 

Il arrive légèrement en retard, mais surtout énervé, très stressé…

 

 

 

Moi   : Qu’est ce qui se passe ?

 

Lui    : j’ai horreur d’être en retard !

 

Moi   : mhéééé, cool chéri, c’est qu’un resto, j’ai réservé pour 21h, il est seulement 21h15…       t’inquiète ils vont pas nous refuser… allez, un bisou !

 

Lui    : hmmm, bon, mon cadeau c’est le resto !

 

Moi   : …. 

 

Lui    : Je te ferais une toile… (Il est peintre)

 

 

 

[Trois mois et demi plus tard, un matin alors que l’on prend le petit dèj, il se lève, va dans son garage, et ressort avec 5 anciennes toiles… en me disant : laquelle tu veux ?]

 

 

 

La technique du « chaud et froid » commence doucement mais surement à se mettre en place…

 

 

 

Un jour de tendresse absolu, il me dit qu’il a déniché des prix défiants toutes concurrences pour une semaine à l’étranger… Ni une, ni deux, on réserve…

 

Et c’est les larmes aux yeux qu’il m’enlace et me déclare son bonheur à l’idée de cette escapade avec moi… de découvrir avec moi cette ville historiquement belle de la République tchèque

 

 

 

Mes troubles précédents s’envolent comme par magie… je suis aussi heureuse que lui…

 

 

 

Alors… hmmm… comment dire ?

 

La ville est si magnifique, que je ne sais plus où poser mon regard…

 

La semaine ressemble à un marathon : voir le plus de choses possible… nous passons de musées en musées, de visites de monuments en visites de lieux pittoresques…

 

 

 

Gros trouble dans mon esprit : pourquoi est-on là ? Pour faire un compte rendu au guide du routard, ou pour jouir de notre amour dans un décor de rêve ?

 

Presque tout ce que l’on a fait, c’est suivant SES habitudes…

 

J’aurais voulu louer des vélos pour étendre notre visite de la ville, vu qu’à pieds nous sommes limités et que surtout, c’est fatiguant… : ça lui disait rien, il a l’habitude de crapahuter à pieds lors de ses voyages...

 

Les soirées s’étiraient jusqu’à 1 à 2h du mat, en passant systématiquement dans un bar (pour deux tournées après l’alcool du diner) avant de rentrer à l’hôtel…

 

J’en pouvais plus… lorsqu’un soir j’ai émis le souhait de rentrer nous coucher vers 22h30, il a répondu « déjà ! Mais il est que 22h30 !!! »

 

Alors, je me suis dit que je récupérerais la semaine suivante…

 

 

 

[Autre forme « d’admettons »]

 

 

 

Des questions se bousculent au portillon de mon esprit, que je prends soins de rejeter une par une…

 

Pourtant, je me souviens de certaines d’elles :

 

- Pourquoi notre rythme est calqué sur SES habitudes ?

 

- Pourquoi mes suggestions ne sont pas prises en compte ?

 

 

 

 

 

A notre retour en France, il me présente à son cousin et la femme de ce dernier... en confondant le prénom de son ex, avec le mien  (...)

 

Et alors que son cousin lui demande comment il va depuis qu'il a eu sa mutation... le Prince-Pas-Charmant répond que les collèges qui se sont retrouvés dans son cas, ont eu du mal moralement... mais que lui... "il est aidé"… dit-il en souriant et en me regardant...

 

 

 

Pourquoi cela ne m’a pas fait plaisir ?

 

Pourquoi me suis-je sentis à cet instant, comme un bouche trou, une bouée de sauvetage ?...

 

 

 

[Admettons]

 

 

 

Et le sexe ?

 

Comment est la vie sexuelle avec ce genre de Prince-Pas-Charmant ?

 

 

 

Hmm… disons que je développerais ça dans l’épisode N°5…