Donc, après seulement trois RDV, il m'invite chez lui et son fils... pour diner, et dormir...

Il m’attend sur le seuil de la porte, son accueil est tendre, chaleureux, amoureux… toute la soirée il n’a de cesse d’être prévenant et attentionné… Je nage sur un nuage de tendresse…

 

Et deux jours après j’allais de nouveau chez lui pour diner et dormir... Le week end suivant, c’est lui qui vient chez moi...Ciné, resto, ballade… P’tit déj dans le jardin au soleil le dimanche matin...  Et là…

 

Le 1er signe qui aurait dû me faire prendre mes jambes à mon cou… : Nous sommes assis l’un en face de l’autre… Il me regarde amouuuuuureusement, les yeux brillants il me dit : « je t’aime, je t’aime, je t’aime »…

Ça, c’est son langage verbal…  Son langage corporel est tout autre… : il fait non avec la tête…

 

Le langage corporel, j’ai appris… et une petite voix intérieur me dit : « alerte, alerte, alerte !!! »

Seulement, voilà… sa tendresse à revendre, ses attentions, son désir d’être bien avec moi… me font répondre à cette petite voix : « eh, mais t’affole pas… bien sûr qu’il ne le pense pas, c’est beaucoup trop tôt… il a envie d’aller plus loin, c’est tout… »

 

Les trois mois qui suivent sont un pur bonheur…

Il est hyper romantique… tellement, que j’ose me « lâcher »… je lui mets des p'tits mots d'amour sous son oreiller en partant de chez lui...

Je lui envoie une chanson romantique (celle de la vidéo ci-dessus)... qu'il me chante dès qu'il me prend dans ses bras... Nous nous enlaçons et nous amusons à nous chantonner mutuellement les paroles de cette chanson...

Le soir, lorsque nous sommes blottis l’un contre l’autre, il aime à « nous raconter » nos débuts… la scène du 1er verre, du 1er resto, du 1er ciné… la peur qu’il a eu à l’idée qu’il ne me plaise pas… la joie ressentit lorsque j’ai accepté de le revoir…

Ce genre de confidences me plaisent… j’étais à 10000 lieux de croire qu’un mec pouvait être aussi fleur bleue…

On s’appelle tous les jours, une seule fois quand ses journées de travail sont chargées, et deux à trois fois lorsqu’il ne travaille pas…

On s’envoie des sms pour un oui ou pour un non…

Dès le 1er mois, il nous souhaite « notre anniversaire » de rencontre... a-d-o-r-a-b-l-e ! Je fonds littéralement...

Bref, deux amoureux ébahies par leur bonheur…

Il me présente à sa famille… ses parents, frère et sœur… je suis accueillie comme une reine…

 

[Son fils de 8 ans me dira pendant le week end de présentation « t’es la 1ere que Papa amène ici »… et sa grand-mère rectifiera que c’est faux… en nommant celle d’avant… En un instant, je me souviens des dires du Prince-Pas-Charmant sur celle d'avant : lorsqu'il l'a vu pour la 1ere fois, il a été déçu par son physique... puis, il est resté faute de ... et s'est habitué... l'éloignement (il était à 6000km l'un de l'autre) l'a aidé à «fantasmer» la relation... puis les sentiments seraient venus...]

 

Cela fait seulement un mois et demi que nous nous sommes rencontré... : il me donne la clef de chez lui... En me disant :  -les yeux embués-  que chez lui, c'est chez moi...

 

Alors, je me lance à mon tour : je fais un double de la clef de chez moi, pour lui... et...pour la 1ere fois depuis 7 ans, je présente quelqu’un à ma famille…

Ambiance plus que bizarre…:

Le Prince-Pas-Charmant, malgré qu’il affiche un air extrêmement gêné et timide, finit par prendre la parole et monologuer pendant presque 20mn… sur des sujet qu’il est le seul à connaitre, nous mettant tous dans une position « d’ignorants »…

Hormis cette impression bizarre de la présentation à ma famille… : Je suis bien. Vraiment bien.

Je sais bien que le début de notre histoire ne déroge pas à la règle de «passion» et que l’intensité diminuera naturellement pour laisser place à des échanges plus riches que la superficialité du nuage de dopamine sur lequel nous nous plaisons à flotter…

Mais pour l’instant, il est dans la phase, de : m’appeler « juste pour entendre le son de ma voix »…

Me dire que lorsque je ne suis pas près de lui, ses bras son vides, qu'il tourne en rond, qu’il me cherche dans son lit trop grand quand je n’y suis pas…

Je lui rends ses empressements, ses mots d’amour et ses tendresses… j’aime ça, je savoure, je me délecte…

Trois mois.

Notre idylle aura été un pur délice pendant seulement trois mois…

La 1ere ombre au tableau,  tombe quelques jours avant Noël…